Pontiac Firebird Trans Am 1971

Pontiac Firebird Trans Am 1971


Malgré son  nom prédéterminé pour la course, la Trans Am ne fut  jamais éligible pour la série de courses du même nom. En fait, la  plus petite cylindrée disponible était plus élevée que les standards de la réglementation de la série. Dans le cadre d’un accord commercial, GM accepta de payer 5 $ par voiture vendue sous la bannière Trans Am.

Une des versions la plus célèbre de la Trans Am émergea dans le film Smokey and the Bandit de 1977, mettant en vedette Burt Reynolds et Sally Field. Effectivement  les prouesses réalisées par la voiture firent de la Trans Am une légende de l’écran.


La Trans Am était un groupe spécial d’options qui améliorait la maniabilité, les freins, la suspension et la puissance du moteur. Côté esthétique, des modifications de la carrosserie incluaient un  capot exclusif, aileron arrière, déflecteur avant, phares antibrouillard et roues stylisées. Il ne faut surtout pas oublier de mentionner que le capot était orné d’un décalque représentant un oiseau de feu qui caractérise si bien la Trans Am.

La ligne générale représentait vraiment les Muscle cars typiques des années 70, gros pneus associés à un grondement qui caractérise la puissance des gros V-8 américains.

L’aménagement intérieur incluait des sièges-baquets et une instrumentation complète sur le tableau de bord avec des  cadrans de type course. Considérée comme le summum de la technologie à l’époque, l’antenne du radio était intégrée dans le verre du pare-brise.

Partageant le même châssis et certaines composantes majeures avec la Camaro, la Trans Am avait un empattement de  108.2″, une longueur de 196.8″, une largeur de 73.4 ” et une hauteur de 49.3″

 –

 

Moteur :

V-8, 455 p.c., 335 cv @ 4800 t/m, 480 l/p @ 4600 t/m

 

Performance :

 0–60 m/h – 5.7 sec (Guide de l’auto 1971),  quart de mille – 13.9 sec @ 103 m/h

Production :

2,116 unités

 

Par René Poulin

N’oubliez pas de consulter notre section :

Brochures automobiles Catalogues.