Musée des beaux arts Exposition Beauté d’acier 1995

Exposition « Beauté mobile »
Montréal
Par Pierre Théberge- Musée des beaux-arts de Montré
al
Mai 1995

En 1995 le musée des beaux arts de Montréal nous présentait une collection unique ayant comme sujet  l’automobile. Avec la présentation de voitures qui ont créé l’histoire, ces légendes nous faisaient remonter le temps avec leurs technologies avant-gardistes propres à chacun de leurs concepteurs.

Dans les semaines à venir, nous vous présenterons certains de ces modèles en plusieurs parties.

 Mais tout d’abord, voici un résumé du Magazine automobile « LE MONDE L’AUTO » écrit en 1995.

Beauté mobile est le fruit du travail de plusieurs dizaines de personnes, liées de près ou de loin au Musée des beaux-arts de Montréal. On en doit toutefois la conception un historien d’art, le directeur du Musée, Pierre Théberge. LE MONDE L’AUTO l’a rencontré pour découvrir le sens qu’il a voulu donner à cet exposition de design automobile. «L’automobile est encore une « orpheline » du design à plusieurs égards, dit-il, car elle a été perçue essentiellement comme le produit d’une évolution technologique. » Reflet des tendances de chaque époque, l’automobile est passée de l’état d’objet de luxe réservé aux riches à celui d’objet de consommation de masse, si bien qu’aujourd’hui on a tendance à ignorer son style et ses formes. Pourtant, il suffit d’évoquer certains noms comme Harley Earl, Battista Pininfarina, Labourdettc, Figoni Falaschi,Philippe Charbonneaux ,Raymond Lowey, Gordon Buehrig, etc., pour susciter l’éveil d’une passion. La beauté des carrosseries dévoile la signature des artistes qui les ont créées. 

L’Alfa 40/60 carrossée par Castagna en 1914 à la demande du comte Marco Ricotti, en est un bel exemple. Exposée dans la première salle, celle qui abrite les oeuvres des pionniers de l’aérodynamique, elle surprend par sa forme très avancée pour l’époque.

(Elle est futuriste et illustre bien les premières intuitions des concepteurs du début du siècle), rapelle Pierre Théberge.

Face à cette « voiture-obus» aux formes fluides et nettes, dont seules les roues de bois et le châssis à longerons trahissent les origines bientôt centenaires, le directeur du Musée a choisi d’installer la saisissante Rumpler Tropfetnrauen, la voiture «goutte d’eau». La forme de bateau de cette voiture allemande de 1921 ne laisse personne indifférent! La Rumpler avait impressionné monsieur Théberge lorsqu’il l’avait vue pour la première fois, à Berlin, au début des années 1980. 

Aujourd’hui, elle l’étonnc toujours, Surtout sachant que sa carrosserie bleu indigo est aussi efficace, sur le plan aérodynamique, que celle d’une Lexus LS400 toute neuve; ces deux automobiles affichent le même Cx de 0,28. 

Beauté mobile met ainsi en opposition des conceptions parfois diamétralement opposées visant pourtant le même but. Des formes pures à face des formes exubérantes; l’Europe face l’Amérique; la voiture de course face à la voiture de ville; l’automobile d’hier face à celle de demain.

 

1921 Rumpler Tropfenwagon 1

 

Tropfenwagon veut dire en allemand ‘’Voiture Goutte’’ nommé ainsi par sa forme bionique aérodynamique. C’est une voiture de concept Allemande développée par l’ingénieur Autrichien Edmun Rumpler qui est avant tout un concepteur d’avions.

100 exemplaires ont été produits entre 1921 @ 1925. Moteur à essence 6 cylindres en W Siemens ou 4 cylindres en ligne Benz , centrale arrière 2.3 L  (140pc) 35cv et un 2,6L (158,6Pc) 50cv. Vitesse maximale 115 km/h (71,4 mph) boîte de vitesses 3 rapports.

Rumpler a déposé un brevet de suspension de l’essieu, ainsi qu’un brevet de boîte de pont qui a été repris  sur des voitures du 20e siècle, dont Mini Austin, VW, Porsche 356 et Porsche 911.

1938 BMW 328

Les BMW 328 sont des modèles d’automobiles du constructeur allemand BMW construites entre 1936 et 1940, dessinées par Kurt Joachimson.

La 328 était à la base une voiture de course, et ne pouvait donc pas être commercialisé à sa sortie, en 1936. Cependant, en 1937, pour les particuliers qui souhaitaient l’acquérir, la 328 coupé fut commercialisée. Seuls 2 exemplaires ont été produits. Est venue ensuite la 327, qui la remplaça durant la même année.

Produit de 1936 à 1940, en 464 exemplaires. Moteur 6 cylindres de 1,9 L 80cv (59 kW) avec transmission automatique 4 vitesses.

1948 Porsche 356

La Porsche 356 est une voiture de sport GT du constructeur automobile allemand Porsche. Cette première voiture de série de la marque, conçue par Ferdinand Porsche (père) et Ferry Porsche (fils), est produite à 76 313 exemplaires entre 1948 et 1965, et précède les Porsche 911 de 1959.

La carrosserie est dessinée par le designer Volkswagen-Porsche Erwin Komenda. Initialement disponible en coupé, en cabriolet puis en speedster, la 356 a connu de nombreuses évolutions lors de sa production. Sa puissance culminera à 155 chevaux avec la 356 Carrera 2000 GS/GT (moteur Fuhrmann-Motor version 587/2 avec échappement sport).

L’acteur américain James Dean en a possédé une et a disputé plusieurs courses avec, avant de se tourner vers un vrai modèle de compétition, la Porsche 550 Spyder. C’est avec cette dernière qu’il a perdu tragiquement la vie dans un accident de la route. Moteur à Plat 4 Cylindres 1,0 L de 80cv.

 

Porsche 936/77 Spyder (1977)

Avec trois victoires au Mans, la 936 spécialement conçue pour le championnat du monde des voitures de sport a été l’une des voitures de course Porsche les plus titrées de tous les temps. Il a offert à Porsche sa première victoire au Mans avec un moteur turbo en 1976.  En 1977, Porsche revient au Mans avec la 936/77. Son chassis était plus petit, plus bas, plus court et plus raffiné sur le plan aérodynamique. Le moteur comportait désormais deux turbocompresseurs et délivrait 20 chevaux supplémentaires. Lors de l’une des courses les plus dramatiques de l’histoire, Jacky Ickx, Jürgen Barth et Hurley Haywood ont tué l’armada de quatre voitures d’usine Renault et de deux « Mirage » d’usine avec des moteurs Renault. En 1981, la 936 a célébré un retour sensationnel avec une autre victoire au classement général du Mans.

Année de production : 1977 Moteur : six cylindres à plat turbo  Cylindrée : 2 142 cm3. Puissance : 540 ch (397 kW). Vitesse de pointe : 360 km/h (224 mph)

 

Par Guy Vincent